Le point sur la nouvelle orthographe – 1 journée

Clientèle cible

Personnel-cadre, personnel professionnel, personnel technique et personnel de soutien administratif


Objectifs

Les simplifications apportées par la « nouvelle orthographe », prônées par les plus hautes instances de la francophonie, sont officielles et très fortement recommandées. Elles ont ainsi reçu l'approbation de l'Académie française, qui précise qu’« aucune des deux graphies ne peut être tenue pour fautive ». Ces ajustements orthographiques, qui n’ont donc pas pour le moment de caractère obligatoire, permettent de supprimer un certain nombre d'irrégularités ou d’anomalies. L’atelier de formation sur la nouvelle orthographe vous permettra :

  • de vous familiariser avec les nouvelles règles orthographiques;
  • de comprendre les changements proposés et de vous y adapter;
  • d'intégrer les rectifications au moyen d'exercices appropriés.

Contenu

  • Les traits d’union des numéraux composés
    Les numéraux composés prennent désormais un trait d'union (vingt-et-un, deux-cents).
  • La suppression du trait d’union de certains noms composés
    La soudure s'impose dans un certain nombre de mots, en particulier dans les mots composés de contr(e)- et entr(e)-, dans les onomatopées et dans les mots d'origine étrangère (entretemps, tictac, weekend, portemonnaie).
  • Le pluriel des noms composés
    On simplifie le pluriel des noms composés du type pèse-lettre [verbe + nom] ou sans-abri [préposition + nom] (un compte-goutte, des compte-gouttes, un après-midi, des après-midis).
  • L’orthographe des mots empruntés
    On simplifie l’orthographe des mots empruntés qui forment leur pluriel et sont accentués de la même manière que les mots français (revolver/révolver; pizzeria/pizzéria; matches/matchs).
  • L’accentuation des mots (accents grave et circonflexe, tréma)
    On privilégie l’accent grave dans certains mots et dans les verbes qui se conjuguent sur le modèle de céder au futur et au conditionnel (évènement, règlementaire, je cèderai, ils règleraient).
    L'accent circonflexe disparaît du i et du u, sauf dans certaines terminaisons verbales (cout, nous entrainons, il parait).
    Le tréma est déplacé sur la lettre u prononcée dans les suites -güe- et -güi- et peut être ajouté dans quelques mots (aigüe, ambigüe, ambigüité, argüer).
  • Les verbes en –eler, en –eter, en –otter et les mots en –olle
    On simplifie la graphie de certains mots et verbes :
    - les verbes en –eler ou –eter se conjuguent comme peler ou acheter et on simplifie la graphie de leurs dérivés en –ment (j'amoncèle, amoncèlement, tu époussèteras);
    - les mots anciennement en –olle et les verbes anciennement en –otter, ainsi que leurs dérivés, s'écrivent avec une seule consonne (corole, frisoter, frisotis).
  • Le participe passé de laisser suivi d'un infinitif
    Il devient invariable, tout comme celui de faire (elle s'est laissée aller/elle s’est laissé aller).
  • Les anomalies orthographiques
    On ajoute un accent à des mots dans lesquels il avait été omis ou dont la prononciation a changé (évènement, papèterie). On écrit en -iller les mots anciennement en -illier si le i qui suit la consonne ne s'entend pas (joailler, serpillère). On privilégie la graphie la plus simple et la plus logique (exéma, cuisseau, bonhommie).

Méthodologie

L’atelier, fondé sur une pédagogie participative, repose sur l’alternance d’exposés théoriques et d'exercices pratiques effectués en équipe. La taille réduite du groupe favorise les échanges entre participants et participantes et permet au formateur ou à la formatrice de répondre à leurs questions et d’offrir des solutions à leurs difficultés particulières.